Actualités

Ateliers

En petit groupe, pendant 2h30, des ateliers pour découvrir, apprendre, écouter et partager dans la bienveillance et la confiance.
Plusieurs ateliers seront proposés au cours de l'année en fonction de vos souhaits. N'hésitez pas à me faire part de vos envies et besoins en termes de sujets et de disponibilités.
Pour le premier atelier, je vous propose une thématique et 3 dates au choix afin que vous puissiez prendre du temps pour vous en fonction de vos disponibilités: le matin, l'après-midi ou en soirée...
Je vous remercie de me contacter par mail, via le formulaire de contact ou par téléphone pour toute question ou réservation svp.

Thème : Renforcer la confiance en soi et l'estime de soi

Sujets abordés : comment elles se construisent, comment elles peuvent être fragilisées, les croyances limitantes, les valeurs...

3 dates au choix :

  • samedi 30 novembre de 14h30 à 17h 
  • ou vendredi 6 décembre de 19h30 à 22h
  •  ou mercredi 18 décembre de 9h30 à 12h

Principe et Tarif :

De la théorie, des retours d'expériences, des partages et des exercices de mises en pratique pour apprendre à mieux vous connaître et renforcer votre confiance en soi et votre estime de soi.
Tarif : 50 euros

Partages

Vous trouverez ici des articles, des vidéos, des images….que je trouve intéressants de partager avec vous.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Le concept de cet art de vivre débarqué tout droit des Pays-Bas est simple: ne rien faire….est la seule chose à faire.

Adoptez le Niksen ou l'art de ne rien faire

psychologies.com

Et si ne rien faire vous faisait du bien ? C’est ce que vante le concept venu tout droit des Pays-Bas, le Niksen, un terme signifiant tout bonnement « rien ».

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

L'amour est toujours un risque, car tout amour contient en lui-même le risque de la perte. C'est pour cela que peur et amour sont indissociables, et c'est ce qu'il nous faut aussi accepter pour pouvoir aimer.

Dépasser sa peur en amour

psychologies.com

Redouter d’être quitté, trompé, de rester seul ou de s’engager… Dans les plis et replis de nos amours sont toujours tapies des craintes. Plus ou moins envahissantes, plus ou moins handicapantes. Leur influence dépend de notre degré de sécurité intérieure.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Parfois, cinq minutes de silence suffisent pour retrouver le calme, l’équilibre et voir les choses telles qu’elles sont. Juste un bref moment de paix, loin du bruit et des conversations qui ne s’arrêtent jamais et soudainement, notre cerveau commence à travailler à un autre niveau. Ainsi, comme le révèlent plusieurs études, l’être humain a aussi besoin de silence pour créer de nouvelles connexions et cellules cérébrales.

Ce que 5 minutes de silence peuvent faire pour votre cerveau

nospensees.fr

Le sujet est certainement plus qu’intéressant. Nous avons tous, d’une certaine manière, senti que jouir d’un temps de silence choisi est un acte d’une grande puissance thérapeutique.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Dans Hunger, un essai courageux et sans concessions, Roxane Gay retrace comment une agression sexuelle subie dans son enfance l’a conduite à prendre volontairement du poids afin d’être invisible et par conséquent « en sécurité ».

Se réconcilier avec son corps

le-cercle-psy.scienceshumaines.com

Dès le début de son livre, elle recommande à ceux qui ont soif de témoignage triomphant sur la perte de poids de passer leur chemin.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Nous sommes tous désireux d’obtenir tout ce que nous souhaitons, ce désir est humain, mais pour certains, ces envies sont insatiables, et surtout elles doivent être comblées dans l’immédiat.

Le goût de l’effort et de la patience, serait-ce une denrée rare ?

psychologue.net

Avez-vous déjà réfléchi aux nombreuses fois où vous vous êtes mis en colère, énervé, car vous n’arriviez pas à obtenir ce que vous désirez parfois pour des choses banales de la vie.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

La connaissance de soi est utile pour comprendre qui on est, comment les autres nous voient, et la façon dont nous nous intégrons au monde. Elle nous donne le pouvoir. Peut-être qu’on n’aimera pas forcément ce que l’on voit, mais c’est un grand réconfort et une grande aide de se connaître soi-même.
Il existe de nombreuses études prouvant que les personnes qui se connaissent bien ont un plus grand sentiment de complétude, ont des relations plus solides avec les autres, sont plus confiantes et créatives.

L’importance de la connaissance de soi et ses bénéfices

psychologue.net

Tasha Eurich, psychologue des organisations, a évoqué lors d’une conférence TED en 2017 l’importance de la connaissance de soi et les bénéfices que l’on pouvait en retirer. Mais comment fait-on pour bien se connaître ?

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Depuis quelques années, des études alertent régulièrement sur les dangers des réseaux sociaux, montrant par exemple que les utilisateurs compulsifs ont davantage de problèmes de dépression et de solitude. Mais la direction de cet effet restait ambiguë : les réseaux sociaux nous dépriment-ils, ou les personnes qui se sentent seules et d’humeur sombre ont-elles davantage tendance à s’y réfugier ?

Moins de réseaux sociaux améliore l’humeur

cerveauetpsycho.fr

C’est ce manque que vient combler l’étude réalisée par Melissa Hunt et ses collègues de l’université de Pennsylvanie.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Brené Brown est travailleuse sociale, chercheuse en sciences humaines et sociales, professeure et auteur. Dans cette remarquable conférence, "Le pouvoir de la vulnérabilité", elle fait part de ses recherches portant sur la vulnérabilité, le courage, la valeur et la honte.

Le pouvoir de la vulnérabilité par Brené Brown

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

En rentrant à la maison fatigués ou énervés par une longue journée de travail, bien des parents ont le réflexe de vouloir épargner le spectacle de leur mauvaise humeur à leurs enfants. Mais est-ce vraiment une bonne idée ? S’il n’est bien sûr pas bon de leur hurler dessus ou de passer ses journées à se disputer devant eux, les résultats obtenus par une équipe américano-canadienne alertent sur l’excès inverse : leur cacher systématiquement ses émotions négatives.

Faut-il cacher ses soucis à ses enfants ?

cerveauetpsycho.fr

Pour tester les effets d’une telle dissimulation, les chercheurs ont réuni plus de 100 parents (père ou mère) avec leur enfant.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Nous avons déjà tous et toutes, au moins une fois dans notre vie, vécu des sentiments d'inadéquation et d'infériorité. Ils font partie de notre vie quotidienne et influencent nos vies et nos journées de façon plus ou moins décisive. Le Dr Francesca Ponziani nous explique tout à ce sujet.

Le complexe d’infériorité

psychologue.net

Dès la naissance, l'être humain est confronté à cette expérience : en tant que nouveau-né, il est totalement dépourvu d'outils lui permettant de faire face au monde de façon autonome.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Selon la psychanalyse existentielle, savoir pourquoi on se lève le matin a un réel impact sur notre métabolisme, et agirait même comme un puissant anti-inflammatoire naturel. D’où l’idée de proposer des groupes de logothérapie à des malades du cancer.

Donner un sens à sa vie renforce le système immunitaire

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

À quel point sommes-nous influencés par nos interactions précoces avec nos parents ? D'autres facteurs de notre enfance nous façonnent-ils durablement ? Dans quelle mesure pouvons-nous évoluer par la suite ? Ces dernières années, plusieurs travaux scientifiques ont livré des informations précieuses sur ces questions controversées.

Que reste-t-il de notre enfance ?

cerveauetpsycho.fr

Ces études, dites longitudinales, ont suivi des centaines, voire des milliers, de participants tout au long de leur vie.
Et leurs conclusions sont doubles.

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Le comité du Dictionnaire en ligne de Cambridge a élu le mot “nomophobie” comme le mot de l’année 2018. Ce terme décrit une nouvelle addiction comportementale impliquant le smartphone. Le nomophobe ressent une phobie, c’est à dire une peur excessive, lorsqu’il est séparé de son téléphone portable ou bien lorsqu’il ne peut avoir accès à son utilisation.

Nomophobie : l’addiction au smartphone

sante-sur-le-net.com

L’étymologie du mot nomophobie est, “no mo” (“sans portable” en anglais) et “phobia” pour peur excessive. Il existe depuis 2008 mais n’est pas reconnu scientifiquement. Ce sont des chercheurs de la société d’étude de marché YouGov qui ont inventé ce terme suite à un rapport demandé par les services

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Les cas de burn-out, ou épuisement professionnel, se multiplient. Ils combinent une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle, et un sentiment d’échec et d’incompétence dans le travail. L’individu ne parvenant pas à faire face aux exigences pour s'adapter à son environnement professionnel, il voit son énergie, sa motivation et son estime de soi décliner.

Burn-out: «il faut savoir dire non!»

lefigaro.fr

C'est peut-être le mal du siècle. Salariés fatigués, découragés, démotivés… Les cas de burn-out, ou syndrome d'épuisement lié au travail, ne cessent de se multiplier. Plus d'une personne sur deux est en situation de «fragilité» professionnelle ou personnelle - soit 56% des salariés...

Isabelle Ghariani- Psychopraticienne Beauchamp

Nous sommes tous différents, et c'est cette différence qui fait notre richesse. Cette singularité, nous devons apprendre à la cultiver pour laisser croître notre être véritable et nous réconcilier avec nous-même.

Cultivez votre singularité !

psychologue.net

La singularité, c'est ce qui nous caractérise et nous différencie des autres, ce qui fait que l'on est certain d'être soi-même et pas un autre, même si le réel de notre être nous est inaccessible.

Citations

Vous trouverez ici des citations que je trouve inspirantes…